Sauter les liens de navigation
sharesharePARTAGER

Solutions pour entreprises

Présence en ligne : les PME canadiennes sont-elles en danger?

23 août 2013

Par Videotron Business Solutions

Selon le dernier dossier documentaire de l’Autorité canadienne pour les enregistrements Internet (ACEI)1, les petites entreprises canadiennes accusent un sérieux retard pour ce qui est de leur présence en ligne. En effet, seules 41 % d’entre elles ont un site Web, alors que 74 % des consommateurs effectuent des recherches sur Internet avant d’acheter des produits ou de se procurer des services. Internet est devenu au fil des années, pour les consommateurs, l’outil par excellence de comparaison et d’analyse.

Fait regrettable pour les entreprises d’ici, les sites Web américains récoltent les deux tiers des montants totaux dépensés par les Canadiens qui font des achats en ligne. Cet écart pourrait certainement s’amenuiser si les PME canadiennes investissaient de façon plus systématique dans la mise en place de sites Web efficaces ainsi que dans des infrastructures de commerce électronique. Le marché est prêt : 87 % des Canadiens considèrent qu’il est important pour eux qu’un site Web ait une adresse «.ca», et affirment qu’ils préfèrent les sites «.ca» à ceux qui ont une adresse «.com».

Le Centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations (CEFRIO) avait révélé à la fin de 2013 des chiffres comparables dans son Indice du commerce électronique au Québec (ICEQ). Ainsi, comme nous l’avons souligné dans un récent billet, seulement  28 % des achats en ligne effectués par les Québécois le sont sur des sites du Québec. Ces résultats sont facilement explicables, compte tenu que sept entreprises québécoises sur huit n’offrent pas au public la possibilité d’acheter en ligne.

Les Canadiens sont pourtant champions du monde des pages consultées en ligne

La demande existe pourtant. Les internautes québécois et canadiens sont extrêmement présents et actifs en ligne. Selon Byron Holland, chef de la direction de l’ACEI, ce dossier documentaire réalisé annuellement permet toujours de constater « que la population canadienne se distingue du reste du monde par sa façon et ses raisons d’utiliser Internet ».

Les Canadiens sont les champions du monde pour ce qui est des pages vues sur Internet, avec 3 731 par mois. De plus, les Canadiens sont derrière les Américains, au 2e rang mondial, en ce qui a trait au temps passé en ligne chaque mois. Cela témoigne encore une fois de l’importance d’Internet et du réflexe qu’ont développé les Canadiens pour leurs démarches d’achat en ligne, incluant la recherche et la comparaison de produits.

Les moyens de développer une présence commerciale en ligne ne manquent pourtant pas. De nombreux outils de commerce électronique offrent déjà des solutions clés en main aux entreprises canadiennes.

À titre d’exemple, la populaire plateforme WordPress, qui facilite la création de blogues et de sites Web, propose l’ajout de modules comportant des modèles de catalogues, des paniers d’achats ainsi que des liens vers divers outils de paiement en ligne, tel que PayPal.

Les commerçants d’ici peuvent-ils se permettre d’être aussi peu présents sur Internet? Pourquoi ne saisiraient-ils pas l’occasion de se démarquer de la concurrence en étant disponible en ligne pour leurs clients? Pour citer le grand Wayne Gretzky : « Un bon joueur de hockey joue où la rondelle est. Un grand joueur de hockey joue où la rondelle va être. »

 

Source :

1)     ACEI : En matière de présence en ligne, les petites entreprises canadiennes accusent du retard : Dossier documentaire à propos d’Internet

2)     CEFRIO : Indice du commerce électronique

À propos de l'auteur(e)