Sauter les liens de navigation
sharesharePARTAGER

Événements

Vidéotron, un contributeur important à l’écosystème des jeunes entreprises

1 août 2017

Par Vidéotron Affaires
Vidéotron Affaires

Startup, ou jeune entreprise : le mot est sur toutes les lèvres dans le monde des affaires. On l’emploie au sein de grandes organisations qui sentent souffler le vent de la nouveauté. Ces idées s’épanouissent rarement sans le soutien de partenaires établis. Les grandes entreprises jouent en effet un rôle essentiel dans l’éclosion de ces entreprises en démarrage.

L’apport indispensable des entreprises
Comment les grandes organisations peuvent-elles concrètement venir en aide aux entreprises en démarrage?

C’est le sujet qui a réuni, sur une des scènes du Startupfest de Montréal, le mercredi 12 juillet dernier, trois visionnaires de trois grandes entreprises : Henri Dolino, directeur principal d’Innovation et stratégie numérique chez Desjardins; Francis Baillet, vice-président des Affaires corporatives chez Ubisoft, et Serge Legris, vice-président et chef de la planification technologique chez Vidéotron.
La discussion était animée par Géraldine Martin, directrice de l’Entrepreneuriat à la Ville de Montréal.

Vidéotron et le laboratoire à ciel ouvert de la ville intelligente
Vidéotron a rapidement saisi l’importance d’aider les entreprises en démarrage. Elle est l’un des principaux partenaires de l’initiative Parcours Innovation PME Montréal, de l’espace collectif Le Salon 1861, du défi OSEntreprendre, et du campus de la maison Notman.
Conjointement avec Ericsson, le Quartier de l’innovation et l’École de technologie supérieure (ÉTS), Vidéotron a lancé, en septembre 2016, le premier laboratoire à ciel ouvert de la vie intelligente au Canada.
Comme l’a expliqué Serge Legris lors du Startupfest, l’idée derrière le laboratoire est de mettre en place une infrastructure permettant aux jeunes entreprises de tester leurs idées. Elles disposent ainsi de technologies de pointe auxquelles elles n’auraient pas accès sans le laboratoire.
Applications audacieuses, vêtements et mobilier urbain connectés, dispositifs pour réguler la qualité de l’air ou encore le trafic, tout peut être mis à l’épreuve dans un environnement quasiment réel. Pour les entreprises en démarrage, c’est un luxe inespéré. 
« C’est un carré de sable, un terrain de jeu », a illustré Serge Legris. C’est aussi un monde parallèle, et il est important qu’il en soit ainsi. « Avec des millions de clients à servir, Vidéotron peut difficilement laisser une nouvelle entreprise mettre à l’essai une nouvelle technologie à l’intérieur de son réseau de production. Grâce au laboratoire, l’entreprise dispose d’un miniréseau parallèle, qui n’est pas connecté au réseau de production. Et avec ça, on peut jouer. On peut tester, explorer et progresser par essais et erreurs. »

La philosophie des entreprises en démarrage
Le modèle de développement des nouvelles entreprises est agile. Concrètement, elles progressent par strate d’amélioration. Au lieu d’attendre qu’un produit soit achevé avant de le lancer, l’entreprise met à la disposition d’utilisateurs un produit doté de ses fonctions essentielles, recueille leurs commentaires, puis améliore le produit en enrichissant l’expérience d’utilisation et en corrigeant les problèmes. Ensuite, on passe à l’étape suivante.
« Nous voulons donner la chance aux entreprises en démarrage de collecter de précieuses données auprès des utilisateurs, précise Serge Legris. Des données de satisfaction, d’utilisation, de comportement, et de préférence. Quand on veut mettre au point un produit, ces renseignements sont inestimables. Tout cela est possible avec le laboratoire de la vie intelligente. »

Un rôle de mentor
Au-delà des possibilités technologiques, de l’environnement incubateur, et bien sûr du financement, les grandes entreprises peuvent également agir à titre de mentor.
L’expérience de femmes et d’hommes qui sont « passés par là », leur réseau de contacts, leurs conseils, leurs encouragements aussi, tout cela contribue souvent à donner vie à une idée, faisant d’elle une entreprise, alors qu’une autre restera éternellement au stade de l’idéation.
« Vidéotron est un leader au Québec, rappelait Serge Legris à ses collègues du Startupfest. Et un leader, ça doit aider les autres à avancer. Au final, tout le monde en bénéficie. »

Mesurer le succès de l’engagement envers les jeunes entreprises
Pour Vidéotron, la mesure du succès n’est pas d’abord financière.
Le taux de participation au laboratoire, l’engouement que celui-ci suscitera, la qualité et la diversité des projets qui y seront soumis, voilà les premiers indicateurs de réussite pour Vidéotron.
Bien sûr, l’entreprise souhaite que de nouvelles entreprises en démarrage voient le jour, se développent, et atteignent la maturité. « Mais tout cela, ce sera un bonus. Vidéotron est dans l’innovation, elle estime qu’il faut laisser la créativité se manifester, se déployer. On verra par la suite. »

Soumettre un projet au laboratoire de la vie intelligente
Dès le début de l’automne 2017, un portail sera mis en ligne. Ce sera la principale porte d’entrée pour les jeunes entreprises qui souhaitent participer au laboratoire à ciel ouvert de la vie intelligente. La plateforme sera très complète, et toutes les informations pertinentes y seront facilement accessibles.
Pour le moment, les entreprises en démarrage qui sont déjà prêtes peuvent transmettre dès maintenant leur projet sur le site Web du Quartier de l’innovation (http://quartierinnovationmontreal.com/fr/nos-projets/appel-de-projets-du-qi).
Les jeunes entreprises transforment le monde et changent nos vies. Vidéotron se réjouit de ces changements, elle les encourage et les appuie.
 

À propos de l'auteur(e)

Vidéotron Affaires

Sujets associés

MEV StartupFest